ɡ ....
 
  . .

 | 
 

 LES JEUNES DIPLOMS

         
ch.ch




: 2822
: 23/12/2007

: LES JEUNES DIPLOMS    9 - 3:57

Les jeunes diplms plbiscitent la banque





Jamais les instituts de sondage n'avaient mesur un pareil engouement de la part des tudiants en fin de cursus. Le palmars dress par TNS-Sofres montre que les banques attirent tout autant les commerciaux que les ingnieurs. Les autres secteurs risquent d'en ptir, les diplms se rarfiant cause du dpart la retraite des baby-boomers et des classes creuses de 1975 1985.



A quelles entreprises vont-ils envoyer leur CV ? Cette question est loin d'tre anodine pour les directions des ressources humaines des grands groupes toujours la recherche de sang neuf. La baisse du chmage aidant, les jeunes diplms des grandes coles peuvent nouveau se montrer regardants. Des enquteurs de l'institut TNS-Sofres se sont rendus sur les campus pour demander aux tudiants en fin de cursus de citer les socits dans lesquelles ils aimeraient travailler. La Tribune publie en exclusivit le double palmars issu de cette enqute. Le premier recense les socits dans lesquelles les tudiants ont envie de travailler et qu'ils citent spontanment. Le second, dit " d'attractivit assiste " , est tabli en fonction des notes attribues aux 130 entreprises figurant sur une liste soumise aux tudiants.



" En spontan, seules les voix pour comptent. Ce sont les entreprises "segmentantes", celles qui font rver. En assist, on peut les sanctionner en leur donnant une note trs faible " , explique Éric Chauvet, directeur du ple management de TNS-Sofres.


_________________
http://www.shbab1.com/2minutes.htm
    
    http://islamfin.go-forum.net/forum.htm
ch.ch




: 2822
: 23/12/2007

: : LES JEUNES DIPLOMS    9 - 3:59

L'OFFENSIVE DES BANQUES

BNP Paribas et la Socit Gnrale sont premire et deuxime en spontan chez les commerciaux, mais aussi deuxime et troisime chez les lves ingnieurs. Jamais les instituts de sondage n'avaient mesur pareil engouement. Cette offensive des tablissements financiers n'tonne pas Patrice Houdayer, directeur d'EM Lyon : " Nous avons organis cette anne pour la premire fois une journe finance et banques internationales. Plusieurs sont venues, toutes seront l l'anne prochaine. " Pour Brangre Pages, directrice des relations avec les entreprises d'HEC, " les banques sont les recruteurs numro un ". Constat identique pour Catherine Desjacques, responsable des relations entreprises l'ESCP-EAP : " Ce sont les plus prsentes. La Socit Gnrale , par exemple, bnficie chez nous d'un vnement de recrutement spcifique, y compris sur nos campus de Berlin et Londres pour un recrutement europen. "



Ce succs ne surprend pas non plus les spcialistes de la communication en ressources humaines, comme Fabrice Fournier, directeur d'ORC, agence spcialise qui regroupe 130 collaborateurs ddis la communication ressources humaines. " Les banques ont fait leur rvolution culturelle il y a cinq ans et pris la mesure de la tension dmographique. Rsultat : aujourd'hui, elles montent en flche dans tous les classements. " Si les tudiants issus des coles de commerce ont vocation travailler dans les tablissements financiers, il n'en est pas de mme des ingnieurs. Cette population, jusque-l plus attire par l'aronautique, l'automobile ou les SSII, succombe elle aussi aux sirnes des salles de march et autres private equity .

D'aprs Monique Rubichon, directrice dveloppement et communication de l'Ensam, " les lves ingnieurs sont de trs bons organisateurs et logisticiens, et de bons mathmaticiens. Or les oprations financires rclament de plus en plus ce genre de capacits ". Une autre explication cet engouement vient des offres salariales trs allchantes des banques, comme l'explique Bernard Jean, responsable des relations avec les entreprises de l'École centrale de Lyon : " Il y a incontestablement une prsence forte des banques et de la finance. Leurs problmes sont de plus en plus complexes et ils ont besoin d'ingnieurs et de forts en maths pour les marchs. Ils courtisent nos jeunes avec des salaires trs intressants. "

Monique Voileau, consultante jeunes diplms l'Apec, estime que l'tude TNS-Sofres est en phase avec la ralit du march : " Cette tude est cohrente avec ce que nous observons. Les banques sont de gros recruteurs. Elles cherchent des profils doubles, d'ingnieur et de gestionnaire. "

L'arrive massive des banques sur le march des jeunes diplms risque de faire des dgts dans les autres secteurs, d'autant que cette population se rarfie cause de deux facteurs concomitants, le papy-boom et les classes creuses. " Les enfants du baby-boom sont en train de partir la retraite. Et de 1975 1985, il y a eu une baisse de la natalit. C'est le phnomne des classes creuses : chaque anne, la France perd des actifs. Les entreprises qui n'attirent pas naturellement les jeunes diplms sont obliges de rivaliser d'imagination et d'efforts ", analyse Fabrice Fournier.


LES CABINETS DE CONSEILSET D'AUDIT RESTENT ATTRACTIFS

Les cabinets de conseil et d'audit continuent de sduire les jeunes diplms, surtout chez les commerciaux. Malgr un recrutement moins massif que celui de la banque ou de l'industrie, les Accenture, KPMG et PricewaterhouseCoopers multiplient les initiatives pour attirer des futurs cadres trs courtiss. Dans le secteur de l'nergie, Total est quatrime chez les lves ingnieurs. La multinationale franaise est parvenue redresser son image auprs des jeunes en cultivant la transparence. D'aprs l'tude TNS-Sofres, les cabinets de conseil et d'audit sont les entreprises prfres des jeunes diplms des coles de commerce, juste aprs les banques Danone et LVMH,. ERNST & Young est cinquime en spontan, PricewaterhouseCoopers (PWC) sixime, KPMG septime, Deloitte et Mac Kinsey huitimes ex-æquo, Accenture quinzime.

À l'ESCP-EAP par exemple, les cabinets d'audit et de conseil commeMacKinsey, Boston Consulting Group et Deloitte, sont de gros recruteurs. Pour Catherine Desjacques, responsable des relations entreprises, ce bon rsultat vient du fait que ces socits correspondent bien aux critres de choix des jeunes diplms : " Ils cherchent d'abord une adquation entre leur projet et l'entreprise. Lorsque nous les interrogeons sur leur choix d'un premier emploi, ils disent en majorit vouloir continuer leur apprentissage. C'est une sorte de troisime cycle pour eux. Or ces cabinets sont trs formateurs. KPMG, par exemple, entretient une chaire de recherche avec des mmoires raliss par les tudiants. " Autres critres : le contenu du poste, la responsabilit, l'autonomie, la dimension internationale et les salaires. Sur tous ces points, les cabinets rpondent prsents.

Mais ce succs chez les commerciaux est relativis par la faible attractivit des cabinets conseil chez les ingnieurs : Accenture est onzime, Cap Gemini quinzime et MacKinsey vingtime en spontan, aucun n'apparat dans le palmars assist. Explication de Fabrice Fournier, directeur de l'agence de communication ORC : " Ce sont les premiers recruteurs d'ingnieurs, des milliers par an. Mais ils sont masqus derrire le produit fini, c'est--dire leurs clients. "

_________________
http://www.shbab1.com/2minutes.htm
    
    http://islamfin.go-forum.net/forum.htm
ch.ch




: 2822
: 23/12/2007

: : LES JEUNES DIPLOMS    9 - 4:01

Pour continuer sduire les lves d'coles de commerce et reconqurir les ingnieurs, les cabinets conseil multiplient les initiatives. À commencer par PWC , qui recrute environ 500 jeunes diplms par an, soit prs de 15 % de ses effectifs. Le cabinet ne mnage pas ses efforts. Éric Bertier, associ en charge des RH pour la France, dtaille les actions menes par sa socit : " Nous avons mont le ConnectedThinking Tour, une sorte de Tour de France des campus. Pendant un mois et demi, nous sillonnons les campus. Il ne s'agit pas vraiment de recruter, mais plutt d'expliquer nos mtiers et d'accueillir toutes les questions. L'anne dernire, nous avons chang de dcor et recr le caf prs de notre sige dans une grande tente dans laquelle 350 de nos collaborateurs ont accueilli 3.500 tudiants lors de16 tapes. " Autre outil essentiel pour attirer les diplms : les stages. " Les jeunes sont considrs comme des collaborateurs. Ils sont valus en fin de mission. En trois six mois, ils peuvent se forger une opinion sur notre faon de travailler. L'objectif est un taux de conversion de 50 % " , explique Éric Bertier.



CAPACITE A INNOVER

P our remdier quelque peu la pnurie de profils d'coles de commerce massivement rafls par les banques, PWC s'est associ six autres entreprises (Axa, Coca-Cola France, HSBC, Renault, Siemens France, Socit Gnrale) pour monter avec la commission dialogue conomique du Medef l'opration Phnix. " Nous ouvrons nos rangs des tudiants en master II recherche (lettres, histoire, sciences conomiques, etc.). Nous en prenons 20, les autres partenaires de 5 10 dans cinq universits de la rgion parisienne (les trois Sorbonne, Marne-la-Valle et Crteil), ajoute Éric Bertier. Ils suivent un cours commun de trois mois dispens par un organisme agr qui forme ces tudiants aux exigences et aux spcificits du monde de l'entreprise. À partir du 1er octobre, ils seront en CDI. Ce n'est pas un coup mdiatique. Je suis persuad que ces profils diffrents peuvent apporter imagination, vision dcale et capacit innover. Dans trois ans, tout le monde trouvera cela normal ! " À quand un palmars des entreprises prfres des tudiants ?


_________________
http://www.shbab1.com/2minutes.htm
    
    http://islamfin.go-forum.net/forum.htm
 
LES JEUNES DIPLOMS
          
1 1

:
 :: Section Franaise :: Introduction a l'conomie-