ɡ ....
 
  . .

 | 
 

 financement islamique :comment a marche?

         
ch.ch




: 2822
: 23/12/2007

: financement islamique :comment a marche?    30 - 1:23

Financement islamique : comment a marche ?


La finance islamique est apparue dans les annes 70 pour se dvelopper trs rapidement jusqu concerner des centaines dinstitutions spcialises ce jour. Elles sont implantes principalement en Asie et au Moyen Orient, mais galement en Europe et aux Etats-Unis. Au Maroc, nous navons toujours pas de banques islamiques, par contre des produits dits alternatifs seront proposs dans nos banques partir du mois de juillet. Dcryptage.
En Islam, lusure et toutes les transactions y affrent sont strictement interdites. Les lois islamiques interdisent de verser ou de percevoir un intrt et exigent que toutes les transactions financires se fondent sur une activit conomique relle.
Ainsi, la monnaie en Islam se limite la rserve de valeur et au moyen dchange; elle ne peut pas tre une marchandise et ne peut pas crotre sans apport de travail.

La finance islamique ne se base pas seulement sur le profit, mais galement sur le principe de solidarit. La notion de risque y est trs importante : toutes les parties une transaction doivent en partager les risques, c'est--dire non seulement les bnfices mais aussi les pertes ventuelles. De plus, les changes doivent absolument tre tangibles et les transactions ne peuvent videmment concerner les activits contraires la Charia, comme les jeux de hasard, lalcool...

Les Institutions financires islamiques ont une double vocation commerciale et financire.
Les principaux outils financiers vont dans les deux sens.


Les instruments financiers principaux

Moudaraba : Un contrat entre le propritaire du capital et lentrepreneur. La banque confie une somme dargent lentrepreneur pour linvestir, en contrepartie dune part dans le bnfice ventuel de laffaire.

Moucharaka : Les deux parties signataires du contrat participent et au capital et la gestion de laffaire. Les bnfices sont rpartis selon des ratios dtermins, tandis que les pertes sont supportes hauteur de la participation de chacun

Mourabaha : Le client ordonne la banque dacqurir un bien particulier; celle-ci lui revend le bien en question (devenu proprit de la banque), moyennant une marge bnficiaire. Le paiement se fait comptant ou sur plusieurs chances.

Ijara : Un contrat portant sur la mise la disposition du client dun bien ou dun service en contrepartie dune rmunration prdfinie. Le client peut sengager acqurir le bien en question terme.

Salam : Un contrat de vente avec livraison diffre de la marchandise. La banque intervient comme acqureur avec paiement comptant dune marchandise qui lui sera dlivre terme par le partenaire. La Charia interdit en principe les transactions portant sur des biens inexistants au moment de la conclusion du contrat, mais lexception a t faite pour le salam par ncessit, condition que le prix, la date de livraison et les caractristiques exactes de la marchandise soient connus davance.


Tels sont les principaux instruments utiliss en finance islamique. Concernant les frais que peut prlever la banque, ils ne sont valables en Islam que sils sont fixes, quel que soit le montant de la transaction, dans le but de couvrir les frais administratifs et autres.
Dautres formules de financement sont cres mais sont normalement avalises par un ensemble de savants. Il est cependant clair que certaines banques collent ltiquette Halal des offres sans fondement islamique rel

Au Maroc, trois de ces outils seulement sont autoriss pour le moment, savoir Ijara, Mourabaha et Moucharaka. Cette ouverture au financement islamique, longtemps rejete de manire catgorique, a t motive par le fait quune part importante des marocains vite les offres bancaires classiques, tant donn leur non-conformit la loi musulmane.
Cependant, les banques islamiques ne sont pas encore autorises au Maroc, pour des raisons de comptitivit sans douteReste noter que les solutions financires qui rpondent la Charia ne devraient pas tre moins chres que les produits classiques.

Certaines voix slvent dans le monde musulman pour affirmer que les formules dites islamiques ne sont en fait que des produits classiques dguiss...Quoiquil en soit, cela nempche pas les clients de recourir ces offres, ncessit oblige. Aprs tout, cest sur les savants de la communaut que retombe la responsabilit.

Salma Daki

_________________
http://www.shbab1.com/2minutes.htm
    
    http://islamfin.go-forum.net/forum.htm
 
financement islamique :comment a marche?
          
1 1

:
 :: Section Franaise :: La Finance Islamique-